Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#107 Hymnes napoléoniens aux Invalides. Grétry, Dalayrac, Méhul, Catel, Berlioz, Vierne! Je découvre les interprètes (sauf Marc Souchet, tout à fait estimable). Œuvres simples et robiratives. Assistance bardée de généraux huit étoiles et d'écharpes en sautoir.
Reply Retweet Like More
LAFEUILLET-A May 24
Replying to @carnetsol
Comment sont les vers d'Arnault ?
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
Deux parties : musiques de circonstance, puis musiques d'hommage, dont des raretés (hommages de Fauré orchestré, de Vierne pour orgue et quatre cuivres !) et même des inédits (Tombeau de Napoléon pour harpe et soprano d'une anonyme, Naissance du Roi de Rome de Catel !).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @LAFEUILLETA
Pas fameux. Je peux te les envoyer si tu veux, ils ont fourni tous les textes !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
Il semble que j'aie été intéressé (programme après le concert, sans compter les mentions le long des textes !). Je n'ai pas dérangé mes voisins, je précise : seul sur mon rang.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
Méhul est clairement celui des contemporains qui s'en tire le mieux, le Chant inédit pour la Naissance du Roir de Rome fonctionne assez bien – et bien sûr, chants du Départ (en version orchestrale intégrale, et tous les couplets) et du Retour.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
Le Chant funéraire de Fauré (orchestré) n'est pas passionnant ; en revanche enthousiasmé par la Marche du Centenaire de Vierne ! Orgue, trompette, cor, 3 trombones, pour une progression triomphale mais harmoniquement chargée, totalement épique !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
C'est totalement improbable et jubilatoire, un peu comme Messiaen qui publierait des Variations Symphoniques sur Mon Légionnaire.
Reply Retweet Like
LAFEUILLET-A May 24
Replying to @carnetsol
Ah oui, vas-y. Ça me donnera un avant-goût de Blanche et Montcassin
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
¶ J'ai enfin réussi à me mettre dans l'oreille pour de bon le Chant du Retour (bien moins prégnant que l'Autre) et Veillons au salut de l'Empire, que j'ai toujours trouvé terne. Il faut dire que :
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
1) Il faut dire que Veillons n'est qu'une romance (amoureuse) d'opéra comique de Dalayrac, pas le plus virtuose compositeur de son temps, ni hymne ad hoc. Arrangé par un chirurgien de l'armée pour remplacer Ah! ça ira!, il sent néanmoins son année de composition (classique:1787)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @carnetsol
2) Le concert proposait tous ces chants dans leurs versions intégrales : orchestre, solistes, chœurs mixtes… et toutes les strophes. C'est un long concert (2h15 sans entracte) qui permet bien mieux de s'imprégner de la logique incantatoire de ces chants dans la durée prévue.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Replying to @LAFEUILLETA
Rien à voir avec ses drames, vraiment : musique de circonstance et verbe calibré en conséquence. Je t'envoie ça dans le week-end.
Reply Retweet Like
LAFEUILLET-A May 25
Replying to @carnetsol
Super. Merci
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
Le site de l'Académie de Musique de Paris indiquait qu'elle recrutait les meilleurs -cachetonneurs- instrumentistes des grandes formations parisiennes. Peut-être vrai pour les cuivres, vaillants et assurés (à ce point ?),
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
mais pour les cordes, c'est du mytho : il suffit de voir les gros gestes de bras d'automates des violonistes (et le son peu assuré). Étrange de le vendre comme un orchestre d'élite (même si le résultat est très décent !).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
De même, Peter Hicks, qui a le mérite indiscutable d'avoir concocté le programme très abouti et exhumé les inédits, est historien (et responsable éminent à la Fondation Napoléon), pas vraiment chef d'orchestre : tout cela est lent et assez mou, vraiment pas musicologique.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
Cela n'entame nullement mon plaisir, car j'étais venu dans cette perspective : interprétation sans doute un peu bancale d'œuvres rares ou que j'avais tout simplement envie d'entendre en vrai, comme les hymnes de Méhul !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
Présentation factuelle, concise et amusante de Thierry Lentz entre les pièces. Bon chœur, très bons solistes, aisés, vaillants et bien articulés. Et plein de putti sur l'orgue ! (dont les mutations semblent légèrement désaccordées)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
Le tout sous le superbe berceau de 1679 orné des drapeaux annamites, napolitains, ottomans et argentins pris aux ennemis massacrés. (Pour eux un Français doit mourir, avons-nous chanté debout à l'imitation du Grand-Chancelier de la Légion d'Honneur.)
Reply Retweet Like