Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#106 On commence cette soirée de l' et du consacrée au meilleur couplage ever (Boulez-Verdi) par un hommage à David Bowie.
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol May 23
Replying to @ONDIF
¶ Mémoriale de Boulez, que je ne suis pas sûr d'avoir déjà écoutée, maintient la flûte dans un beau médium grave, accompagnée du trémolo des six cordes et des sourdines-étouffoirs des deux cors. Impressionné par le lyrisme naturel que lui impulsent les solistes de l' !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @carnetsol
Ce soir, j'ai vraiment eu la révélation du Lux æterna (car pour moi, après le sommet absolu de l'Offertoire, l'intérêt décroît un peu – on est lessivé, aussi !) : ces ensembles des solistes a cappella valent ceux des épisodes précédents.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @carnetsol
Car, clairement, dans cette œuvre, Verdi produit autant d'effet par ce qu'il additionne que par ce qu'il retranche : beaucoup de moments à nu, a cappella ou bien lorsque des sections entières se taisent.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @ch_OrchParis
Et lorsqu'il s'exprime, le compte : comment conserver cette limpidité du timbre, ce naturel de la parole, tout en étant capable de claquer terriblement dans les Dies iræ ? Non, décidément, je n'échange pas ma boîte contre deux barils d'une autre lessive !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @carnetsol
Les solistes étaient excellents, vraiment glorieux : même dans les tutti débridés, Karine Babajanyan et Nikolay Didenko, ne se faisaient jamais couvrir ! Le son de Babajanyan est si dense que je croyais à chaque fois entendre la partie de mezzo (et pourtants, beaux aigus filés!)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @carnetsol
L'ONDIF était moins à son avantage ce soir que d'habitude : l'acoustique sèche dans une orchestration avec des trous, j'ai du mal à me figurer à quel point c'est difficile, surtout en jouant chaque soir dans une acoustique différente !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @carnetsol
phrasés un peu carrés aussi, mais je crois qu'il y avait un brin d'émotion que je sois dans la salle. À un ou deux moments, ils ont jeté un regard vers moi, si émus qu'ils auraient pu en manquer leur entrée. Trop chou.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @carnetsol
Ce fut donc l'occasion de se régaler de cette usine à thèmes ineffables, et cependant riches, assez loin des cabalettes stylisées de ses débuts ! (par le meilleur chœur symphonique du monde) (et mon orchestre-chouchou) À présent, le prix du retour.
Reply Retweet Like
Alice May 23
Replying to @carnetsol
Les musiciens ont le trac quand ils vous voient dans la salle ? Ça ne m'étonne pas du tout :-)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 23
Replying to @ALiCe__M
En contemplant ma haute stature, mon air sévère, ma suprême élégance, ma dent dure, ils sont saisis d'effroi, c'est tellement naturel.
Reply Retweet Like
Orchestre.nat.IdF May 24
Nos musiciens sont extraordinaires. En effet, ils jouent dans les salles les plus variées d' Ce soir à la !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 24
Et cinq soirs en six jours… Donc pas le temps de s'adapter. J'avoue que ça m'impressionne beaucoup.
Reply Retweet Like