Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#102 Ce soir, je retrouve la valeureuse Sora Lee et ses condisciples apprentis chefs dans la mozartienne Cinquième de Schubert (qui promet beaucoup, à l'au(l)ne des Mozart-Beethoven-Schumann des Lauréats du ), Saint-Saëns, deux Suites de Stravinski.
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Non seulement j'y retrouve comme attendu Ludivine Moreau et Cécilia Carreño, mais en sus le grand Pierre Thibout, accompagnateur de génie, officie au piano stravinskien !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Première Suite de Stravinski très néo, mais la Seconde, avec ses superpositions polytinales mihaldiennes, son mouvement de Petrouchka (valse pour 5 : flûte renforcée par endroit du piccolo sur rythme obstiné de deux clarinettes et petites touches de trompette !),
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
, et pour finir son foxtrot avec piano obbligato, quel concentré de sourires !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Et puis Saint-Saëns par Sora Lee, toujours ce décalage entre la gestique un brin empruntée et le résultat tendu et très concerné qu'elle obtient à chaque fois, vraiment une figure que j'aime suivre, jamais déçu !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Avec Iris Scialom, la petite violoniste vedette (elle passe son bac, elle a dans les seize ans mais en paraît douze), très à son aise.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Et quelle œuvre délicieuse ! Je l'aime depuis toujours, et bien qu'essentiellement mélodique (d'un genre, concertant, que je ne goûte guère non plus), elle me parle avec la même fraîcheur qu'à mes propres quinze ans (ces accents ! cette frénésie sur l'âpre corde de sol !).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
(Ce n'est pas l'entracte : le concert s'est terminé à 20h20, avant même que ne commence celui de la Philharmonie !)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Seconde partie avec Schubert n°5, ses charmes mozartiens, sa fraîcheur ineffable, ses soudains orages en mineur.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Beaucoup aimé la vivacité et les relances de William Le Sage, le menuet vindicatif (en voilà un qui a écouté Harnoncourt !) de Victor Jacob (même si le sentiment passager que les accompagnements de cordes n'étaient pas tous « traités »),
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
et comme d'habitude Gabriel Bourgoin (la saveur immédiate des timbres du final, les passages mineurs enchaînés si bien qu'ils paraissaient inattendus).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Moins convaincu cette fois-ci par Nikita Sorokine, qui dirige talentueusement dans son style postromantique qui n'est pas mon goût ; mais ce qui passe dans Schumann (et même Haydn, en un sens), me paraît un peu mou et atone pour Schubert qui est déjà suffisamment rond et lyrique.
Reply Retweet Like
Alice May 17
Replying to @carnetsol
Concentré de sourires... Mignonne expression : on imagine bien.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Encore des aventures de voisinage : un vénérable Monsieur qui headbanguait furieusement pendant tous les mouvements rapides (pas grave) mais sur un rythme de croche (donc très, très rapide). Perturbant.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Iris Scialom et Sora Lee après Saint-Saëns.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Ce soir, difficile d'entendre individuellement Cécilia Carreño (pas de solo de violoncelle, et un peu loin pour entendre le grain de chacun), mais toujours la même griserie à jouer, manifestement, avec ces sourires malicieux qui anticipent les changements.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Ludivine Moreau, très exposée, s'est une fois de plus couverte de gloire (quel timbre !), elle phrase décidément avec une sûreté, simplicité et élégance qui feront merveille dans un grand orchestre européen. (Qu'elle attende un peu et fasse encore une ou deux saisons, merci.)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 17
Replying to @carnetsol
Beaucoup apprécié aussi Bogdan Sydorenko à la clarinette, retrouvé Ariane Bacquet (le timbre, là aussi !) au second hautbois, et observé un effet surprenant chez Jung Ye-Chang (hautbois solo) : lorsqu'il souffle, le cou double de volume, comme si l'air remplissait les muscles !
Reply Retweet Like