Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#29 Quatre compositeurs viennois (dont deux jamais entendus !) à Sainte-Marie-des-Batignolles, où je pénètre pour la première fois, par des artistes que je découvre.
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @carnetsol
¶ Le Requiem de Johann Caspar KERLL, écrit en 1686 à son propre usage, a la particularité d'être ample (chœurs spatialisés, doublures instrumentales), très doux et caressant, assez italianisant. La disposition accentue remarquablement son caractère paisible et enveloppant.
Reply Retweet Like
Frederique Reibell Oct 27
Replying to @carnetsol
Cela existe encore les compositeurs que tu n'as jamais entendu ?
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @carnetsol
Instrumentarium atypique et archaïsant prévu par le compositeur : consort de violes, cornets à bouquin, sacqueboutes (la harpe triple n'est probablement pas incluse explicitement).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @FredReibell
À force de voir toujours les mêmes noms sur les disques, j'ai consulté des registres (je parle de compositeurs *enregistrés*, pas de la multitude des autres). Si jamais j'étais tenté de m'abuser sur mon exhaustivité, je suis calmé, pour de bon. Une goutte d'eau, sans exagérer.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @carnetsol
Dies iræ imitant le mouvement mélodique du thème grégorien, mais en doux majeur, trémolos de gambes (écrits ?) pour solo de basse (Quantus tremor, hihi), Tuba mirum sans sacqueboutes (contrechants de gambes), Quid sum miser tout en imitations instrumentales de la soprane…
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @carnetsol
Très beau trio soprano-alto- ténor en guise de Benedictus !
Reply Retweet Like
PoissonFa Oct 27
Replying to @carnetsol
Ah tu es allé écouter les copains 😊
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @carnetsol
Le chef Jean-Baptiste Nicolas fait monter progressivement le son dans les entrées décalées du contrepoint, ce qui crée une impression d'élévation véritable comme j'en ai peu entendu ; il faut contempler simultanément le chœur d'Assomption à double fond, l'effet est saisissant !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @PoissonFa
J'en ai repéré de La Calisto, de l'OFIJ, du CRR, du CNSM (et une que je ne remets pas, Chantres peut-être ?) !
Reply Retweet Like
PoissonFa Oct 27
Replying to @carnetsol
Le monde est petit ! J'ai honte j'aurais dû venir les écouter au lieu de me morfondre chez moi 😕
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @PoissonFa
Pas mon cœur de répertoire, le baroque autrichien, mais quand c'est aussi rare et varié, je n'ai même pas regardé ce qu'ils valaient, je suis venu ! (déjà, pour oser ça, faut pas être trop dilettante-débutant !)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 27
Replying to @PoissonFa
Le vôtre est assurément à taille appréhendable par l'observateur occasionnel que je suis. (Zut, je te rate encore !)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 30
Replying to @carnetsol
Les solistes sont remarquables aussi : Morgane Collomb, soprano, avec une voix prête pour une grande carrière, à la fois efficace et belle, franche et moelleuse.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 30
Replying to @carnetsol
Impressionné aussi par Cyrille Lerouge : contre-ténor avec du vibrato, bien rond, bien projeté, qui parvient à trouver les fréquences qui font résonner l'église assez sèche des Batignolles !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 30
Replying to @carnetsol
Et splendide orchestre très chaleureux et habité (quelle trouvaille – du compositeur apparemment –, ce consort de violes en guise de cordes, et que ça sonne bien avec cornets à bouquin et sacqueboutes !).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 30
Replying to @carnetsol
¶ Moins séduit par le reste du programme (et par l'exécution, d'ailleurs : on sentait que le Te Deum de Fux aurait mérité plus de répétitions pour mûrir et s'abandonner complètement, affiner les équilibres…), mais à nouveau des découvertes inestimables !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 30
Replying to @carnetsol
¶ Une cantate de Conti, l'immortel auteur de ce Don Chisciotte nella Sierra Morena (avec un final du I en forme de grand ensemble vocal sur la Follia di Spagna !) pour le mariage de l'Infante d'Autriche en 1719.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 30
Replying to @carnetsol
Exultation un peu abstraite qui exalte les vertus conjugales et la puissance de l'Empire (« de pôle à pôle ») : le triomphe du décoratif de type /seria/, après une longue introduction moins italienne, dans le style des fêtes d'extérieur (Soupers du Roy, Tafelmusik, Water Music…)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 30
Replying to @carnetsol
¶ Pour finir, étrange choix de mêler les réjouissances pour une fête équestre de 1666 (de Johann Heinrich Schmelzer) et des extraits Te Deum de Fux… mais cela fonctionnait très bien, rompant toute monotonie !
Reply Retweet Like