Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#19 Résurrection d'Issé de Destouches (1697), illustration de cette étrange période post-LULLYste où les tragédies raffinées et toujours plus sombres chutent, tandis que l'opéra-ballet et la pastorale héroïque les plus insipides plaisent :
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
remettent au théâtre ce qui demeure un des plus grands succès du genre (liste ici : ) approuvée par Louis XIV à une époque où il avait déjà commencé à s'en détourner.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
Destouches est à mes yeux le compositeur le plus exaltant de tragédie en musique, en particulier dans son association avec le fulgurant Pierre-Charles Roy : Callirhoé (), Sémiramis () que je vais enfin entendre ce soir sur France µ !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
De fait, l'éloquence des récitatifs (très mélodiques, peu stéréotypés), le soin des lignes intermédiaires et du contrepoint, la capacité au saisissement dramatique, sa science et sa sensibilité sont clairement assez supérieurs, comment peuvent l'être les couleurs de Desmarest !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
Ainsi l'effarement des Hespérides à l'entrée d'Hercule pendant le Prologue, avec toute cette agitation face à un hors scène menaçant, dans le plus grand galbe dramatique (étonnamment le plus beau moment de tout l'Opéra que ce début de Prologue !),
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
les duos d'amour sérieux (l'union finale d'Issé & Apollon) ou comiques (multiples scènes-miroirs de Doris & Pan), l'air concertant de Dryade avec hautbois, tous les moments où il y a du contrepoint sont tout à fait extraordinaires.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
Et bien sûr cette chaconne finale à laquelle Rameau doit tout : les variations créent réellement de nouvelles mélodies, et on y entend les appels furieux, les fusées, les alliages de la chaconne… des Indes Galantes !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
Mais l'abominable Antoine Houdar de La Motte a encore frappé : il avait déjà fait de la rouée Omphale () un prétexte à danses superficielles, mais il signe cette fois un livret dans le top 10 des pires jamais écrits (hors seria et belcanto, hein) !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
(oh, un sujet de notule !)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
Acte I : Apollon aime Issé, mais elle n'ose pas. Acte II : Issé lui parle, mais n'ose pas aimer Apollon. Acte III : Issé hésite à aimer Apollon. Acte IV : Issé aime Apollon mais s'endort. Acte V : Issé s'explique avec Apollon. Ils s'aiment.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
Les dialogues ne sont pas moins Young & Restless ou Plus belle la vie, le vide est intersidéral, les vers complètement stéréotypés, la situation de l'hésitation plaintive sans cause rejouée à chaque acte. Si La Motte vient jamais saluer, je lui prépare ma botte de carottes.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @LesSurprises
Seul le duo d'amour « sans façon » en miroir, avec Doris et Pan, procure un peu de relief, mais contraste peu, et n'apporte ni le piquant des pointes de Charite & Arbas (Cadmus), ni l'attendrissment d'Aréthuse & Alphée (Proserpine). Rien à sauver, donc.
Reply Retweet Like
Romain Tristan Oct 14
Ah mais non, tu gâches tout. Je pensais en te lisant jusque-là que c'était une œuvre de génie !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Musicalement, ça aurait pu, s'il y avait eu quelque chose à mettre en musique ! Mais il existe un splendide disque consacré à Callirhoé, et Sémiramis passe sur ce soir, là tu peux foncer (même quand on n'a pas l'habitude, ça passe bien, souffle dramatique).
Reply Retweet Like
Romain Tristan Oct 14
Je ne serai pas rentré encore...
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
(Je n'arrive pas à dé-taguer Les Surprises du fil, le bouton semble avoir disparu sur l'application, la version mobile et la version navigateur ! Pardon, je vais un peu me plaindre et je ne voulais pas vous faire de peine, n'y voyez pas malice.)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
Ce livret n'a pas pour seul impact de rendre inintéressant le texte d'un théâtre dont le charme repose sur la relation entre musique et déclamation :
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
il prive aussi Destouches (comme le génial Desmarest dans son désolant Vénus & Adonis) de la possibilité d'exprimer son talent et ses contrastes, si bien qu'hors de ce que j'ai cité, peu de saillances musicales. Le goût a tellement changé !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
C'est pourquoi il faudrait remonter les tragédies à catastrophe qui n'ont pas eu de succès à l'époque de leur création, elles répondraient vraiment à l'attente d'un public moderne. Mais il faut du courage, de la patience (et donc des sous).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
Sur cette matière, il aurait fallu un ensemble dont la science, les couleurs, la fougue dévastent tout, et des chanteurs qui déclament comme personne. Or, je vais pousser une complainte qui n'est pas neuve.
Reply Retweet Like