Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#18 Apollon projetant de séduire deux sœurs, répond à son père cultivateur : « C'est trop d'ouvrage, Le labourage, Le jardinage, Ensemencer et moissonner… » Oops, he did it again : Opéras familiaux disiez-vous ?
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol Oct 13
Replying to @carnetsol
Donc : /Le Jugement de Midas/ de Grétry, salle Landowski, par les jeunes du CRR de Paris et du Conservatoire Royal de Liège.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 13
Replying to @carnetsol
Un opéra-comique dans un univers bucolique où Apollon, chassé par Jupiter, devient garçon fermier sous le toit où le berger Marsyas et le bûcheron (!) Pan sont fiancés. Intrigue totalement stéréotypée qui tourne le mythe en dérision dans la forme burlesque la plus désinvolte !
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Oct 13
Replying to @carnetsol
Une histoire de trouple homo-campagnard, en somme.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 13
Replying to @carnetsol
On allait entendre l'opéra comique en famille et je suis bien aise de voir, outre quelques lesteries dissimulées, qu'on n'y barguignait pas les conseils salvateurs : Dans mon jeune âge, N'en était pas ainsi ! Quand ma moitié faisait tapage, Je lui prouvais que j'étais son mari !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
Le livret regorge de ces remarques plaisantes, lorsque le fermier Palémon annonce à Apollon déguisé (qui conduisait, disait-il, un char pour un puissant) qu'il devra travailler dès le point du jour :
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
La partition traite avec une vivacité très plaisante ces situations ; beaux ensembles à la fin du I, bel exemple d'air tendre (comme ceux de la Comtesse Almaviva, mais dans le style français) de Lise au début du II.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
(Loredana Gentile, qui tient le rôle, promet assez : la voix est encore assez étroite, mais le placement parfaitement antérieur et efficace, si bien qu'il sera ensuite très facile d'arrondir et d'élargir, alors que l'inverse est presque impossible. Très prometteur.)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
J'ai été aussi très intéressé par Samuel Namotte (Palémon), remarquable timbre, belle présence dans les dialogues, mais la voix s'éteint étrangement dans le chant qui ne se projette pas aussi bien (il est vrai que le rôle est un peu bas pour un baryton pas très grave).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
En Pan, Carlos Builes a au contraire une matière linguistique pas encore parfaite, fort accent, mais un grain assez incroyable, parfait pour ce bûcheron prêt à forcer un peu sa promise pendant la nuit de noces !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
J'ai hélas dû partir, pour voir Issé de Destouches (qui s'est révélée, interprétation et même œuvre, moins excitante), à mi-spectacle ;
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
j'ai passionnément aimé ce que j'ai vu (en particulier l'écriture de Grétry et l'orchestre de jeunes, très engagés et frissonnants !), culminant dans l'Ouverture de Pierre le Grand qui ouvrait le programme :
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Oct 14
Replying to @carnetsol
on y entend les rebonds de syncopes et les trémolos typiques de l'écriture dramatique postgluckiste, mais avec une belle hauteur d'inspiration que je n'avais pas repéré dans le reste de cet opéra (sérieux). Très différent de Midas aussi dans le ton, mais bonheur de l'entendre.
Reply Retweet Like