Twitter | Search | |
Carnets sur sol
Ce soir, #14 au Théâtre des Champs-Élysées pour Rigoletto. Je suis devant. Attendez, mais… ! On joue le fantastique folklorisant Quintette piano-cordes de Cras à un autre bout de Paris, comment résister ?
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol 3 Oct 18
Replying to @carnetsol
J'ai appris la nouvelle dans l'après-midi. Comme il n'y avait que le Quintette (on joue parfois le harpe-flûte-cordes, plus léger, jamais celui-ci, plus dense) couplé avec des Debussy, je suis allé au TCE.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 3 Oct 18
Replying to @carnetsol
Arrivée à 19h30. Je reste devant, bloqué, incapable d'entrer. J'ai un billet à 35€ que je ne veux pas perdre, mais ce Quintette n'est joué que pour la publication d'un disque (le second de l'œuvre). 19h55. Je ne peux pas rater ça, je file dans le XVIIe. (c'était merveilleux)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
Première partie, Images de Debussy par Jean-Pierre Ferey (notamment auteur d'une jolie intégrale Cras). Les doigts ne suivent pas vraiment dans les traits (probablement la musculature amoindrie, à son âge vénérable), le jeu est plutôt celui d'un accompagnateur ou d'un chambriste.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
C'est peut-être encore plus (s'il est possible) un spécialiste du compositeur que Dubé ou (le grand) Jacquon, puisqu'il a aussi fait une intégrale violon-piano ! (que je vais écouter, à présent que je l'ai repérée) Respect.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
¶ Le Quatuor Sine Qua Non (à part faire une potacherie aux Sine Nomine, pourquoi ce nom ?) propose un Debussy très français, paisible, peu anguleux (fort beau, mais le climax du III est un peu écarté, et les accords sont assez peu résonants). C'est beau. Mais j'attends.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
¶ De toute évidence, tous ont mis beaucoup d'investissement dans le Quintette de Cras, finition nettement supérieure : partie redoutable de piano crânement assurée, cordes qui deviennent amples… ça me fait plaisir de voir que l'effort a vraiment porté vers l'œuvre à défendre.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
L'œuvre en elle-même, c'est le chant de marin le plus modulant du monde, aux rythmes retors (quand on change pour placer une mesure en 15/8 !). Des formes-sonates accueillant des chants de marin qui transmutent subtilement, dans le goût de Fauré !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
Je suis, malgré ces thèmes folkloriques (assez irrésistiblement enchaînés dans le scherzo !), marqué par le fait qu'il s'agit d'une musique pour /happy few/, qui peut paraître (à tort, certes) abstraite ou uniforme. Alors que je l'adore déjà, sortir la partition m'a bien aidé.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
Le mouvement lent, « calme et paisible », est pure merveille, à la fois avenante et sophistiquée : entrées en canon (1), strates en carrures binaires superposées (2), accords comblés de plénitude (32) percées de petits figuralismes pépiants et récurrents (3), poussées de lyrisme.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol 4 Oct 18
Replying to @carnetsol
Et quel bis : Sicilienne du Concert pour violon, quatuor et piano de Chausson, avec en guest star une ancienne membre du quatuor !
Reply Retweet Like