Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#7 Siegfried par le Mariinsky. Je n'ai toujours pas compris pourquoi Wagner fait mourir le héros à l'acte II. C'est comme si dans Psycho on se mettait à suivre la vie de Norman Bates à partir de la douche.
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
Le livret de Siegfried me met toujours terriblement mal à l'aise : le pauvre garçon, moitié-sauvage, moitié-benêt, a manifestement des troubles cognitifs ou psychiatriques et entend son père méditer sa mort, quand il l'a accueilli et élevé en subissant ses rebuffades…
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
Il est censé apprendre de la nature, mais son réflexe est de se fantasmer adopter et d'exterminer son père comme de la vermine alors que celui-ci accourt, éperdu d'effroi, pour vérifier s'il a réchappé au dragon. Et Wagner seconde ses délires et ses mensonges. :(
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
Ce n'est pas si étonnant : Siegfried, comme Wagner, tue (Mime), humilie (Wotan) ou trahit (Brünnhilde) ses bienfaiteurs. Et ne respecte que la force (Fafner avant qu'il meure). J'attends avec impatience la mise en scène qui fera un Siegfried orange à mèche blonde.
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Sep 23
Replying to @carnetsol
Pour vérifier qu'il a tué le dragon et que l'Anneau peut-être piqué, plutôt, non ? ;)
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
À chaque écoute du Ring frappé par le saut qualitatif qui sépare Walküre de Siegfried : une pensée de l'orchestre tellement neuve, une stratification, une harmonie qui deviennent de plus en plus impénétrables, avant la choucroute contrapuntique à nouveau inouïe du Crépuscule.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @adalberon_pala
C'est ce qu'entend Siegfried, mais Mime précise bien que Siegfried est un assez poor listener, et qu'il ne dit pas cela. On sent bien comme ses parues sont tordues par un esprit malade. Et Wagner fait semblant d'y apporter du crédit. :/
Reply Retweet Like
Bruno Sep 23
Replying to @carnetsol
Faisons confiance à pour la fin de son mandat !!!
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
L'entrée d'Erda a même quelque chose de la fin de l'Oiseau de feu (les Ténèbres en chromatismes descendants de trémolos après la disparition du palais de Kochtchéï) !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
Certes, le tilleul de Siegfried est loin de valeur le son des vrais, mais ça reste tout de même de la bien belle musique, et passionnante à observer.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
À telle enseigne que je me suis encore une fois demandé : à quoi bon les mises en scène, finalement, pour des musiques aussi riches servant des livrets aussi statiques ? Voir l'orchestre est tellement plus passionnant.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
D'autant qu'il était assez fabuleux : très inhabituel, tellement doux, comme en sourdine (surhumain pour les souffleurs !). Le clarinettiste solo Viktok Kulyk est un dieu, superbe projection mais transparence impalpable, aux confins du silence.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
6 contrebasses (et 14 violons I), très attentif aux chanteurs, mais aussi très élégant, sans éclats, tel le Prélude du I plein de délicatesse malgré les thèmes de l'envie, du dragon – et le tuba ! On sent l'orchestre de fosse, mais cette douceur fonctionne mieux que dans Walküre.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
Ils connaissent vraiment leur Ring sur le bout des doigts – il faut dire qu'ils en ont fait la création russe en allemand en 2003, et quasiment une création, puisque la dernière fois, en russe, était dans la décennie 1900 ! – et l'ont beaucoup donné depuis.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
Spectre sonore pas du tout typé, à l'exception des flûtes un peu plus acides que la norme (c'est joli). Les Occidentaux parlent aux Occidentaux.
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Sep 23
Replying to @carnetsol
Hum ? Je ne comprends pas. Mime ne dit-il pas en aparté : « die listigste Schlinge / leg ich jetzt aus, / dass ich mit traulichem / Truggerede / betöre das trotzige Kind » ? - Je vais maintenant tendre le plus rusé des pièges, pour séduire le fier enfant par de tendres mensonges
Reply Retweet Like
Kamel.B Sep 23
Replying to @carnetsol
Tu vas finir par être en retard à la Philharmonie 😉
Reply Retweet Like
Jérôme Bastianelli Sep 23
Replying to @carnetsol
Peut-être, et même sûrement, mais pour moi la Walkyrie c'est quand même plus captivant que Siegfried (même musicalement !). Par exemple les trois fin d'acte, qui montrent une force expressive que je ne retrouve jamais dans Siegfried
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 23
Replying to @carnetsol
Au passage, on voit un basson de facture française (comme chez les Brésiliens de Neojiba, alors qu'on dit qu'on ne le joue guère en France).
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Sep 23
Replying to @carnetsol
Oui !!!! :D :D :D
Reply Retweet Like