Twitter | Search | |
Carnets sur sol
Et ce soir, #5 : programme de tubes sudaméricains (rarement groupés) par les jeunes spécialistes de Neojiba ! Avec un concerto de Schumann au milieu, parce qu'il faut bien remplir. Martha, le jour où tu veux parrainer de jeunes Carinthiens qui jouent Schmidt !🐾
Reply Retweet Like More
Romain Tristan Sep 17
Replying to @carnetsol
Vous avez peut-être eu une petite danza argentina de Ginastera en bis, après le concerto ?
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 17
Replying to @RomainTristan
En dehors des tubes inscrits dans le programme, je ne suis pas assez familier de ce répertoire festif (plutôt le HVL décadent…) pour t'éclairer !
Reply Retweet Like
Romain Tristan Sep 17
Replying to @carnetsol
Les trois Danzas argentinas vont très bien à Argerich, qui les a joué beaucoup en bis à une certaine époque. Ça aurait pu coller avec ce programme.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 17
Replying to @RomainTristan
Ah non, pas du Ginastera piano : quatre mains avec le chef (Ma Mère l'Oye, à vue de nez – que j'ai honteusement négligé depuis longtemps). Très chouette aussi.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 17
Replying to @carnetsol
Argerich n'est pas mon idéal pianistique (elle est plus mélodique qu'harmonique), mais le timbrage du chant, les basses sauvage, l'éloquence de la main gauche me font rendre les armes.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Sep 17
Replying to @carnetsol
J'attendais surtout les Maîtres (cette orgie de contrepoint qu'on ne goûte vraiment qu'en vrai), le Danzón 2 de Márquez, WSS de Bernstein et mon premier Sensemayá en salle ; je ne fus pas déçu : ces musiques sont tellement bien écrites, même les wagnériens bougons ondulaient !
Reply Retweet Like