Twitter | Search | |
Carnets sur sol
Avant la du jour, le #137 avec un très beau programme postromantique franco-espagnol à la Madeleine.
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Chouette programme, mais l'orgue que j'aime beaucoup au disque m'a vraiment paru à la peine : mixtures très lourdes qui sonnent faux et acoustique peu enveloppante, mais avec un retour d'une durée effroyable, qui mélange toutes les harmonies même dans les pièces peu chromatiques.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
En attendant, un peu de Madeleine .
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
… et de . La Madeleine comme vous ne l'avez jamais vue !
Reply Retweet Like
Gilles Lesur Jul 22
Replying to @carnetsol
Manquent les serpillères 😂C’est quoi ce boulot 😂
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @benjaminrandow
Ça a cloué le bec de jalousie à , à n'en pas douter.
Reply Retweet Like
Benjamin Randow Jul 22
Replying to @carnetsol
Je rentre à l'instant d'une immense promenade sous le chaud soleil irlandais et je découvre en effet que l'explorateur des forêts et des placards à balais à réalisé un nouvel exploit : nous montrer les dessous de la Madeleine ! C'est du joli...
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Dites, c'est qui déjà, celui qui avait chassé marchands du Temple ?
Reply Retweet Like
Benjamin Randow Jul 22
Replying to @GLesur @carnetsol
J'espère qu'un jour il va se faire enfermer dans un cagibi ! Ça lui passera son voyeurisme malsain de placards à balais...
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Je crois qu'il avait également proscrit les machines à sous, mais les sources ne sont pas totalement claires sur ce point.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Moi. Maintenant.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Un peu de civilisation… pas très sauvage aujourd'hui.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Je reprends sur le concert : j'ai trouvé l'orgue (que j'aime beaucoup au disque, par exemple dans l'intégrale Dubois, même période que les œuvres données…) atroce : entre la réverbération sèche mais longue, les mixtures polisseuses, les mutations lourdes, les fonds sourds…
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
… même avec les partitions sous les yeux, je n'entendais pas les attaques. Dans la marche de Büsser, les grands accords parfaits sonnaient comme des clusters, les basses (pédalier comme main gauche) étaient toujours en retard d'une double croche. Quelle horreur !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Étrange pièce d'ailleurs, que cette Marche de Fête de Büsser, des accords parfaits et un pédalier qui frotte un peu sur les harmonies. Curieux d'entendre ça au calme, sans que ça ne ressemble à du Messiaen ligetisé.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Ensuite, c'était la Toccata de la Suite Gothique de Boëllmann, véritable exercice d'école : arpèges brisés agiles à droite, accords détachés à gauche, petits thèmes conjoints au pédalier. Mais ça fonctionne toujours, c'est charmant.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 22
Replying to @carnetsol
Le Vivaldi était tiré d'un concerto pour flûte à bec. Joli, à défaut d'avoir quelque chose de très spécifique.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 23
Replying to @carnetsol
¶ Découverte de la Pieza sinfónica d'Usandizaga (co-père de l'opéra basque avec Guridi) : élève de d'Indy (et de fait très franckiste). Des trois parties, c'est la descendre aux enfers qui précède la coda que j'ai trouvée la plus intéressante. Vraiment digne d'intérêt.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 23
Replying to @carnetsol
¶ Avec ses marches harmoniques, la Toccata de Bélier (étonnamment facile : très peu de pédalier, et digitalement, c'est du Mozart !) ne cache pas ses parentés admiratives avec Bach. Pas profond, mais très joli !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 24
Replying to @carnetsol
¶ L'Impresión teresiana (dédiée à Thérèse d'Avila) d'Eduardo Torres a la particularité d'intégrer des thèmes de chants d'enfants de la liturgie traditionnelle, telle qu'on la donnait à Avila, très audibles dans cette pièce par ailleurs méditative.
Reply Retweet Like