Twitter | Search | |
Carnets sur sol
Après quelques courses, j'enchaîne le #131 : Le Masque de la mort rouge version Caplet et le Quintette piano-cordes de Franck avec Bellom & les Zaïde. C'est parti pour de sérieux chromatismes, dans le cadre (visuel et acoustique) merveilleux de la cour de Guise !
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol Jul 4
Replying to @carnetsol
Programme d'une difficulté technique incommensurable ; d'abord le Conte Fantastique de Caplet en version piano (au lieu de la harpe habituelle) : un contenu bien plus dramatique et paroxystique que la nouvelle de Poe, sans exposition, d'une hardiesse rythmique et harmonique rare.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 4
Replying to @carnetsol
Extrêmement virtuose, farcie d'effets (double glissando au piano, doubles cordes glissées avec harmonique, triples cordes avec harmonique et accacciatures, superpositions de carrures, juxtapositions harmoniques osées, accords complexes, figures et événements inhabituels…).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 4
Replying to @carnetsol
Guillaume Bellom est vraiment d'une belle maîtrise et d'une belle maturité pour un pianiste encore au berceau ; quant aux Zaïde, pas fan du son (vraiment pincé, un peu plaintif), leur technicité et leur engagement impressionnent et l'emportent largement.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 4
Replying to @carnetsol
¶ Entendre le Quintette de Franck en salle et partition sur les genoux, voilà qui aide pour cette partition une fois de plus très abstraite : ultraformelle (du Brahms enchevêtré), ultrachromatique (harmonie qui extrapole encore depuis Wagner), sans aucun effet gratuit ;
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 4
Replying to @carnetsol
le piano se limite aux figures d'accompagnement typique de la musique de chambre, mais tricote énormément à vitesse et harmonies folles ; le final s'accélère et fonce vertigineusement, mais refuse tout climax (quelle fin à la fois discrète et plate !).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 4
Replying to @carnetsol
Pour autant, il y a là des moments de lyrisme très intenses (et pas du tout bon marché), dans le I surtout,
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jul 4
Replying to @carnetsol
mais aussi à ce moment du III (le final : Franck ne s'est évidemment pas embarrassé d'une forme aussi sommaire qu'un scherzo) lorsque le violon seul fait le pont entre la frénésie générale qui précède et l'élan lyrique qui suit.
Reply Retweet Like