Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#119 Résurrection de la version originale avec dialogues de Faust, et sur crincrins par les ! On nous promet mainte nouveauté !
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol Jun 14
Replying to @carnetsol
Pour l'instant, seulement : ∆ trio de Faust avec ses étudiants en défection Siebel et Wagner, ∆ duo de la médaille (Marguerite-Valentin), ∆ chanson du Scarabée (à la place du Veau d'or, tout aussi impressionnante). Beaucoup de coupures : récitatifs, airs (Valentin !).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 14
Dialogues sensiblement ceux des récitatifs (quelques réparties amusantes au jardin). a jusqu'ici un peu survendu la nouveauté, mais Gens et sublimes, on n'en réentendra pas de sitôt comme ça !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 14
Replying to @carnetsol
¶ En seconde partie, outre quelques répliques en sus et un postlude allongé (avec cloches solennelles !), peu de nouveautés : choeur alternatif pour les soldats et air de Valentin.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 14
Replying to @carnetsol
Bilan : de toutes les nouveautés, c'est surtout l'impressionnante chanson du Scarabée qui mérite d'être retenue, une autre affaire d'oe corrupteur, moins mélodique, mais qui claque encore davantage ! – le reste n'est pas très marquant.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 14
Replying to @carnetsol
¶ En revanche, quelle interprétations ! Gens et Bou, inapprochables, dans leurs œuvres. Et cet orchestre savoureux, aux cordes âpres, aux trompettes acidulées, aux clarinettes douces… Conception traditionnelle (hors la valse très folklorique et rapide), mais au sommet !
Reply Retweet Like
Zoé Jun 14
Replying to @carnetsol
Et Ben ?
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 14
Replying to @carnetsol
J'aurais aimé que Bernheim allège comme il le fait par instant, comme en Spakos ; mais il semble intéressé par des emplois plus larges, une manière plus monolithique. Très convaincant, mais frustrant quand on connaît au contraire son art sans pareil de la demi-teinte !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 14
Replying to @carnetsol
Petite remarque en passant : je n'avais pas remarqué que la réplique de la malédiction de Valentin « Te voilà dans la mauvaise voie » était orchestrée de façon aussi simili-berliozienne !
Reply Retweet Like
Denis PEYRAT Jun 14
offre une superbe ligne de chant néanmoins dans son Salut demeure chaste et pure et de magnifiques demi-teintes dans le duo du jardin
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 14
Tout à fait ! Audaces fugaces, mais il l'a totalement dans sa voix. (J'admets que tout le système tel qu'il est le pousse à privilégier la voix pleine. Dommage – pour moi.)
Reply Retweet Like
Zoé Jun 14
Replying to @carnetsol
J’ai découvert qu’il était devenu célèbre et adulé, moi qui pensais conserver une petite exclusivité 😭
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Jun 14
Replying to @carnetsol
Mais quel air ! <3
Reply Retweet Like