Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#116 Un beau Schmitt, un d'Indy (certes un mineur), un Roussel orientalisant, un Debussy orchestré par Koechlin… et oes Shéhérazade de Ravel, c'est le beau bouquet offert par Gabel et l' !
Reply Retweet Like More
PicMDamour Jun 10
Qu'on était bien sur ces tapis... Qu'est-ce qui ne te plaît pas dans ce d'Indy? L'orchestration est stupéfiante et le concept formel assez fascinant!
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 10
J'ai totalement changé d'avis, ça ne donnait pas du tout terne comme les disques !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
¶ Il est logique qu'on ne joue pas Istar de d'Indy : la veine mélodique en est, comme souvent chez lui, assez sophistiquée, peu directe. Il est sûr qu'il est difficile de mobiliser le grand public pour cela (sauf à le laisser s'immerger depuis des damasseries).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
En revanche, en salle, Gabel met en valeur une superbe orchestration, très aérée, que je n'avais perçue sur aucun disque : du vrai d'Indy, aux alliages variés, qui progresse par palliers wagnériens et ne dédaigne pas le lyrisme sophistiqué. <3
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
¶ Dans Shéhérazade, Brueggergosman, dont je n'attendais rien, a certes une voix très peu faciale et donc guère projetée, pas du tout alla francesca — mais je suis frappé par la justesse de ses accents expressifs, qui confirme son affinité pour les langues.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
¶ Pour Roussel, sans surprise, je reste à la porte : j'adore sans réserve certaines choses chez lui (Sonates violon, Sérénade, Araignée, Pour une Fête, Symphonie n°2, Évocations, Aeneas…), mais ses œuvres les plus fêtées me laissent froid (Bacchud, Symphonie n°3… et Padmâvatî).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
¶ Dans Khamma, on perçoit clairement la part de Koechlin : orchestration très équilibrée, ronde et soigneuse, pas du tout hardiment déséquilibrée comme du Debussy.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
Une œuvre française au carré : peu formelle, peu mélodique, tout passe par l'atmosphère ; et quelle atmosphère étonnante, une danse sur la pointe des pieds, qui ne s'ose pas. Seule la fin furieuse, alla Usher, contraste.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
¶ Antoine et Cléopâtre de Florent Schmitt est tiré de la musique de scène pour une représentation de Shakespeare. Il s'agit, en un peu moins prégnant, d'un proche cousin, par l'orchestration (ce cor anglais liminaire !) et le caractère, de son chef-d'œuvre absolu Salomé.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
Il faudra vraiment que je me penche sur les usages sonores au théâtre au XIXe : comment les acteurs se faisaient-ils entendre dans l'immensité de l'Odéon ? comment l'action sur scène s'articulait-elle avec ces grands interludes ? comment les voix passaient-elles l'orchestre ?
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Jun 11
Replying to @carnetsol
Ah, je pensais être le seul :x
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
¶ J'aime beaucoup Fabien Gabel : non seulement il défend hardiment ce répertoire singulier (sans doute au détriment de sa propre visibilité et de sa carrière), mais il le fait sans chercher à transmettre à tout prix sa personnalité.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @carnetsol
Les œuvres priment, sans coquetterie. Et pour un programme d'inédits, il a réussi à faire travailler sur tout le programme ces mauvais sujets de Orchestre de Paris ! – chez qui, généralement, l'Ouverture et le Concerto ne sont pas aussi soignés que la seconde partie.
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Jun 11
Replying to @carnetsol
Oui ! Je m'étonne d'ailleurs que personne n'ait encore tenter de monter un revival de ce type d'oeuvre dramatique, alors que j'magique qu'on a déjà dû essayer de donner des comédies-ballets telles qu'elles étaient autrefois - supposément - données.
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Jun 11
Replying to @carnetsol
Pour le XVIIIe, il y a le très beau livre d'Arlette Farge : Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, que tu connais probablement.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @adalberon_pala
Tu es le seul… avec moi.
Reply Retweet Like
Adalbéron Palatnīk Jun 11
Replying to @carnetsol
Je ne sais pas si c'est rassurant... :/ ;D
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @adalberon_pala
Non, je n'ai pas ça, ça m'intéresse vivement.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol Jun 11
Replying to @adalberon_pala
Si, si, j'ai déjà vu des musiques de scène (pour Lucrèce Borgia d'Hugo et la génialement grand-guignolesque Tour de Nesle de Dumas), Mais jouer Peer Gynt en entier avec la musique de Grieg en sus, c'est compliqué sur la simple contrainte de durée (4h30 de texte + 2h de musique…)
Reply Retweet Like