Twitter | Search | |
Carnets sur sol
#108 Beethoven 2, Schubert 6, Nocturne pour violoncelle et orchestre de Tchaïkovski … par l'Orchestre des Lauréats du , dirigé notamment par l'excellent et prometteur David-Huy Nguyen-Phung, lumineux dans la Nuit Transfigurée.
Reply Retweet Like More
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
C'est ma quatrième Beethoven 2 et aussi la plus belle ! De la musique en intraveineuse, vraiment l'impression de vivre l'expérience brute de Beethoven en action. Pour cela que j'essaie de me réserver ces dates malgré tout. Quelques chefs très prometteurs aussi, j'en parlerai.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
J'espérais ressortir convaincu de la Sixième de Schubert (pas exactement son chef-d'œuvre) et, à l'exception du premier mouvement (décidément bizarre, et trop uniment mélodique pour moi), j'ai adoré le reste :
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
les variations brillantes du mouvement lent (quel morceau de bravoure pour la flûte, taillé pour Ludivine Moreau !), le scherzo qui gazouille comme un final, et ce final profusif ! Merci aux interprètes qui m'ont fait voir la Lumière !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 25
Replying to @carnetsol
Tous les chefs ont manifestement écouté Harnoncourt et ses suppôts, rien que des interprétations musicologiquement conscientes, et avec la vraie pulpe des orchestres modernes. (Et précisément, quel orchestre.) <3
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 28
Replying to @carnetsol
Parmi les première année, particulièrement aime Swann van Rechem : le larghetto de Beethoven 2 est une des plus belles choses de toute la musique, et la frontière entre l'épaisseur tradi et l'impavidité baroqueuse n'est pas facile à trouver. Ici, équilibré comme rarement !
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 28
Replying to @carnetsol
Dans le final, Simon Nebout (le seul avec baguette) se caractérise par un charisme visuel immédiat : il transmet immédiatement les intentions aux musiciens, rien que pour la posture (et obtient même un vrai son d'orchestre à la fin). Un /naturel/, clairement.
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 28
Replying to @carnetsol
Chez les grands de deuxième année, particulièrement intéressé par la maturité de Harry Allouche : il traite le scherzo comme si sa matière était celle d'un final discursif, et le final lui-même, ardent, évolue de façon passionnante (ces entrées d'alto dans le développement !).
Reply Retweet Like
Carnets sur sol May 28
Replying to @carnetsol
Enfin, très belle découverte de Florian Pons, violoncelle rayonnant dans le rare et séduisant Nocturne de Tchaïkovski.
Reply Retweet Like