Twitter | Search | |
Juan Branco ✊️
Empathique avec le pouvoir le plus arrogant de la Ve République, Le Monde nous fait pleurer sur le maquillage que M. Macron en est réduit à appliquer sur ses mains tandis qu'un dixième mort émaille une contestation à laquelle aucune réponse n'est apportée.
Insultes, huées, menaces… Quand il sort, désormais, cela tourne mal. Depuis le début de la mobilisation des « gilets jaunes », pour le président qui aimait tant les promenades, elles sont devenues...
Le Monde Le Monde @lemondefr
Reply Retweet Like More
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
J'attends toujours de ce "journal raisonnable" de sévères condamnations de l'arrestation préventive d'un intellectuel - Julian Coupat - et de milliers d'autres opposants ; de violences policières ayant mutilé des dizaines de personnes ; et de la militarisation de leur répression.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Plutôt que des pleurnicheries sur un pouvoir dont tous savent qu'il est aux abois, une prise de position claire sur l'atrophie complète de notre espace démocratique et comment elle a amené à la situation d'extrême violence et de rejet dans laquelle nous nous trouvons.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Une réflexion sur les liens entre l'intégration factuelle de la presse française à un système oligarchique et son aveuglement, son incapacité à comprendre une haine qu'ils n'ont jamais exposée ni expliqué - au point où il a fallu un mouvement insurrectionnel pour les réveiller.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Le lien enfin entre tout cela et le système mis en oeuvre par des milliardaires qui les détiennent (en tous sens), ont explicitement pris position en faveur du pouvoir et s'y sont même factuellement alliés en co-élaborant ses politiques, notamment via les primes annoncées.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Autrement, l'ont pourra continuer à s'exciter sur les coulisses du pouvoir, commenter de la façon la plus médiocre et insuffisante qui soit en se satisfaisant d'avoir accès à ses intimités, tout en restant diablement en deça des événements.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Il faut en effet bien comprendre quel est le lectorat du Monde: "bien élevé", rétif à toute forme de violence ou d'expression de rejet trop marquée - bourgeois en somme - tout l'incite par cette prose à plaindre le destin d'un Président qui donne l'impression d'avoir essayé.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Leur communauté de destin est pleine: ils sentent bien que si Brigitte ne peut plus même aller acheter son pain dans les boulangeries de Versailles auprès du peuple, avant de rejoindre son palais d'été (sic), alors ce sont eux qui demain pourraient être menacés.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Tout est fait pour s'éprendre de ces bourgeois poudrés et couronnés, qui, assiégés et impuissants, sont humanisés jusqu'à la caricature. La grande histoire humaine nous traverse. Ces mains et ces traits tirés nous apparaissent. Ces êtres n'ont pu à ce point se tromper.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Ce qui est admirable chez Zweig - un siècle après la découpe de Marie-Antoinette - est insupportable dans le commentaire de l'actualité. Cette façon de nous dire: pleurons dans la communion à l'égard d'un enfant qui s'était cru roi - alors que sa violence partout emporte nos âmes
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
...ne saurait être acceptée. Il y a de la froideur à avoir face au monstre froid. Nul effet de proximité à tolérer. Car alors la distorsion est telle que l'on oublie qu'en un destin demeurent ceux de soixante millions captés, dont les souffrances se trouvent par là-même écrasées.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Nulle tendresse ni apitoiement, nul intérêt pour les tremblements (nécessaires, et rappelez-vous, espérés) que les spasmes du corps social sauraient leur imposer. L’empathie pour la foule. L'exigence pour les nobles - juste et acérée, contenue et condensée - et les puissants.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Le drame des journalistes est en fait de se croire les sujets intégraux de leur histoire. Tout ce qui n'est pas en lien avec leur volonté directe n'existe pas, Bourdieu, Marx, Braudel et toute pensée structurelle leur retirant part de leur libre-arbitre peuvent aller se coucher.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
Dès lors, l'on sert sans s'en rendre compte, et s'offusque outrageusement d'avoir servi ces intérêts - comment, l'on croirait que nous, journalistes, etc. L'on selaisse aller quelque part (affaire Benalla), mais pas plus loin. C'est intéressant. Et quelque part, effarant.
Reply Retweet Like
Juan Branco ✊️ Dec 22
Replying to @anatolium
PS: par bourgeois, en ce thread, j'entends bien entendu qui ne voit pas sa situation sociale, psychique ou économique - existentielle en somme - menacée par l'existant. Soit à peu près tous ceux qui ont la charge de nous commenter - et jusqu'à il y a peu, de nous diriger.
Reply Retweet Like