Twitter | Search | |
Marie-Christine Gingras
Nouvellement rédactrice-réviseure. Traductrice-réviseure pendant 11 ans. Je cherche à démolir le mur invisible entre la langue de trad. et la langue spontanée.
843
Tweets
55
Following
843
Followers
Tweets
Marie-Christine Gingras Jul 2
Saviez-vous que l’adjectif «vénéneux» s’applique à certains animaux? Pas moi, jusqu’à ce que j’entende les explications d’Éric Birlouez aux Années lumière : .
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras Jun 27
Traduire « performance » par « rendement », ça tombe souvent à plat. Si vous avez quelque chose comme « encourage and celebrate performance », pourquoi ne pas parler d’« excellence »?
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras Jun 21
Éditorial du Devoir ce matin. Qui dit mieux pour décrire les GAFA et autres géants du Web? 😮
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 31
Entièrement d’accord avec vous deux. Cela dit, en langue juridique, j’aime bien « notamment, mais non exclusivement » : c’est pléonastique, mais ça rassure les avocats, qui se sentent blindés.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 31
Je pense que la réaction automatique du traducteur averti (ha!) devant « bonifié » est le doute, voire le dégoût, parce que ce mot est surutilisé par beaucoup de gens (langagiers ou autres). On en vient à ne plus savoir quand il est employé à bon escient.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 31
Le jeu de mots du jour, signé Libération.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 29
Deux belles formulations qu’on voit rarement en traduction dans un paragraphe du Devoir : « se voir confier » et « être investi de ».
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 25
Oui! Et j’en profite pour vous rappeler l’existence du verbe «piloter» (Usito : diriger qqn, qqch; veiller à la bonne marche, au bon cheminement de qqch), qui peut traduire une foule d’expressions et de mots anglais.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 23
Replying to @TraductionsMCG
2/2 On chiale beaucoup contre les mauvaises traductions (surtout quand elles sont l’œuvre d’un non-traducteur), mais on parle peu des traductions brillantes. C’est pourquoi je vous invite à diffuser celle-là le plus largement possible. 😀
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 23
1/2 Je lis cet article d’une traite. À la fin, je vois qu’il s’agit d’une traduction. Bouche bée, je le relis attentivement. Et je ne trouve rien qui trahit une traduction. (Sauf peut-être «a été bâti» dans le titre; j’aurais écrit «s’est bâti».)
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 20
L’expression «à la mesure de», vous y pensez parfois? Usito donne deux exemples fort intéressants : - Une ville à la mesure de l’homme - Une carrière à la mesure de ses ambitions
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 18
The Guardian adopte un nouveau vocabulaire pour parler d’environnement. Ex. : climate change => climate emergency, crisis or breakdown fish stocks => fish populations (Et mon préféré) climate sceptic => climate science denier Lisez l’article complet! C’est vraiment intéressant.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 16
Aujourd’hui dans Le Devoir, Emilie Nicolas critique le gouvernement canadien avec un vocabulaire savoureux.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 15
Travailler pour une grande entreprise = passer des tests psychométriques. Avouez que les trois premières places du classement de mes valeurs ne vous étonnent pas. 🤓
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 15
Entièrement d’accord avec Pascal. Et dans certains cas, l’auxiliaire anglais n’est traduit par rien du tout. Je pense entre autres à « can » précédant un verbe de perception (see, smell, hear...). Hyper idiomatique en anglais, mais quasi inexistant en français.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 15
Make sure you read this before inviting her to an ATA conference: . ;)
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 14
Merci à toi d’avoir orchestré cette journée, à Caroline pour la suggestion de lieu enchanteur et à toutes les personnes présentes pour leur belle énergie. :)
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 12
Replying to @AngelaCBenoit
Ici au Québec, «maladies cardiovasculaires» et «maladies du cœur» sont effectivement plus courants que «maladies cardiaques». Je ne crois pas qu’on parlerait de «pathologies cardiovasculaires» dans un texte grand public, par contre.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 12
Replying to @Magistrad_Plus
En effet! Les journalistes qui citent les conclusions d’études en anglais doivent traduire, et certains sont plus doués que d’autres.
Reply Retweet Like
Marie-Christine Gingras May 12
La maladie cardiaque? Quand l’anglais parle de « heart disease » en général, on emploie habituellement le pluriel en français.
Reply Retweet Like