Twitter | Search | |
Samuel Hayat Sep 29
On peut donc parler de grand remplacement, idéologie néo-nazie dans ses présupposés comme dans ses conséquences, dans un meeting public et dans les médias. Comment est-ce possible ? C'est que les esprits ont été préparés de longue date, notamment par le racisme institutionnel
Reply Retweet Like
Samuel Hayat Sep 29
Replying to @SamuelHayat
Les islamophobes de gauche n'ont pas voulu laisser le monopole du racisme à la droite; ils l'ont validée dans son tournant conservateur. La droite a cherché à concurrencer l'extrême droite populiste ; elle s'est lepenisée à grande vitesse. Et le FN a préparé le terrain aux nazis
Reply Retweet Like
Samuel Hayat Sep 29
Replying to @SamuelHayat
L'effet en retour, c'est que désormais s'attaquer aux nazis, vu qu'ils sont pas si loin du FN qui est pas si loin de la droite pas qui est pas si loin de la gauche républicaine, c'est moins facile. Les nazis sembleraient respectables, d'ailleurs des libéraux acceptent de debattre
Reply Retweet Like
Samuel Hayat Sep 29
Replying to @SamuelHayat
Même les outils de l'état de droit semblent complètement dépassés : un type peut être condamné pour provocation à la haine raciale, ça semble ne compter pour rien, il est accueilli et applaudi. Et les seules réactions relèvent de l'indignation morale (ce qui les renforce)
Reply Retweet Like
Samuel Hayat
Face à cela que faire ? L'état actuel des forces peut sembler laisser peu de possibilités. C'est faux. Il y a eu un choix historique des syndicats, partis, mouvements de gauche radicale, sauf exception, d'abandonner la lutte antifasciste, ou ne ne pas en faire une priorité
Reply Retweet Like More
Samuel Hayat Sep 29
Replying to @SamuelHayat
A nous de peser, partout où l'on est, pour remettre l'antifascisme au centre. A pousser les organisations être irréprochables, et à attaquer politiquement les fascistes et leurs complices partout où c'est possible. Et désolé, mais il va falloir leur (re)faire peur. Vraiment
Reply Retweet Like
Samuel Hayat Sep 29
Replying to @SamuelHayat
Car ne nous y trompons pas. Les gens qui parlent de grand remplacement parlent un langage d'extermination. Qu'ils le sachent ou pas est secondaire. Ceux qui tiennent ce langage, sur les plateaux TV, dans les facs, dans les rues, doivent être combattus, comme ceux qui le tolèrent
Reply Retweet Like
OUIMAISBON Sep 29
Replying to @SamuelHayat
Les gens de gauche comme vous dites souffrent de l'invasion incontrolée, c'est pour ça qu'ils votent de plus en plus FN.
Reply Retweet Like
manutoma Sep 30
Replying to @SamuelHayat
Vous étiez où ces 10, 20, 30,...dernières années pour oser dire que les mouvements de gauche, les syndicats ont abandonné le combat antifasciste? Trop occupé à déconstruire le racisme institutionnel et l’islamophobie d’une gauche qui, elle, se colletait avec les fafs dans la rue
Reply Retweet Like
manutoma Sep 30
Replying to @SamuelHayat
« Remettre l’antifascisme au centre » ? Encore un avatar du jeu funeste « progressisme contre fascisme » pour mieux préparer la réélection de Macron ? Pas gagné.
Reply Retweet Like