Twitter | Search | |
This is the legacy version of twitter.com. We will be shutting it down on 15 December 2020. Please switch to a supported browser or device. You can see a list of supported browsers in our Help Center.
Florian Zores
Un peu d'histoire de la médecine (on va parler de cardiologique évidement) Au tournant des années 1980, la communauté cardiologique s'est rendue compte qu'après un infarctus, les patients qui faisaient des extrasystoles ventriculaires avaient plus de risque de mourir
Reply Retweet Like More
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Qu'est-ce qu'une extrasystole ventriculaire (ESV) : c'est une anomalie du rythme cardiaque pouvant entrainer des troubles du rythme graves voire mortels.
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Et les ESV sont notamment favorisées par l'ischémie myocardique, c'est à dire le défaut d'apport en oxygène au muscle cardiaque en raison d'une maladie des artères nourrissant le coeur (les artères coronaires)
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Donc le tableau était cohérent : infarctus -> ischémie ischémie -> ESV ESV -> décès donc ESV après infarctus -> décès C'est ce que montraient plusieurs études observationnelles
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Je rappelle qu'une étude observationnelle permet de suggérer une corrélation, pas une causalité En d'autres termes, on savait que l'augmentation du nombre et de la complexité des ESV était ASSOCIÉE à une augmentation de la mortalité, mais pas qu'elle CAUSAIT le décès
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Pour savoir s'il y a causalité, il faut voir si en supprimant la cause (les ESV) on diminue la fréquence de la conséquence (les décès). On fait pour cela un essai randomisé contre un traitement de référence, ou contre rien s'il n'y a pas de traitement de référence
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Donc on a fait l'étude CAST. On a pris 1400 patients. La moitié a reçu un traitement antiarythmique dont on sait qu'il diminue le nombre des ESV. La moitié a reçu un placébo.
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Il n'y a pas de problème éthique : on ne sait pas si le traitement fonctionne, et au moment de l'étude il n'y a pas de traitement de référence des ESV post-infarctus (Personne n'a hurlé au fait qu'il y avait une perte de chance pour les patients sous placebo) Surtout que ...
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Les résultats de l'étude ont totalement bouleversé le monde médical et cardiologique car...
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
ce sont les patients sous traitement anti-arythmique qui meurent le plus ! Et en plus ils meurent plus... par trouble du rythme
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
On venait donc de démontrer que le médicament censé sauver les patients en diminuant les troubles du rythme, tuait les patients en provoquant des troubles du rythme.
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Ce qui favorise le décès ce ne sont pas les ESV, mais ce qui cause les ESV. En d'autre terme, les ESV ne sont qu'un marqueur du risque de décès. Ce le traitement de ce qui cause les ESV qui permettra de baisser la mortalité. Mais c'est une autre histoire
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
Voilà pourquoi > On ne fait pas de médecine sur des "il semble" et sur des études observationnelles qui donnent des corrélations > il faut rechercher la preuve de l'efficacité et la confirmation du lien de causalité par un essai randomisé
Reply Retweet Like
Florian Zores Mar 27
Replying to @FZores
et surtout, le groupe placébo n'est pas forcement celui qui n'a pas de chance au tirage. Tant qu'un essai n'a pas été fait, on ne peut être sûr que le médicament ne soit pas plus dangereux que rien
Reply Retweet Like